La photographie d’enfant dans les magazines féminins du début du XX° siècle.

La représentation des enfants inscrite dans une pratique photographique de l’amateur qui tient un rôle actif dans le magazine.

 

Fémina, couverture du n°4, 15 mars 1901.
Fémina, couverture du n°4, 15 mars 1901.

Le Comte François de Nion parle de siècle des enfants dans le numéro 1 du Fémina en février 1901. Pour compléter l’article d’André Gunthert, «Que montre la photo de bébé?» et plus particulièrement cette phrase «Comble de la fierté sociale, l’arrivée de bébé transforme ses parents en médias», il semble intéressant de remonter au début du siècle et de regarder dans les magazines féminins la place accordée au bébé et surtout à sa représentation, processus dans lequel le parent est inclus et devient un émetteur d’images.

Bon nombre d’articles ont été écrits sur les enfants dans les périodiques de modes aux alentours de 1900-1905, que ce soit sur la mode enfantine, des reportages sur les nurseries ou des conseils aux mères. Mais une chronique dépasse le cadre du simple article de magazine, il s’agit du concours de photographies, lieu de démonstration sociale de la réussite familiale. Les femmes y sont les principaux acteurs et ce dès la première année de publication du magazine Fémina, le 1° février 1901.

IMG_0884-314x450IMG_0885-337x450

 Il était demandé aux lectrices féminines de faire «parvenir la photographie d’un bébé, parent ou ami, particulièrement chéri», et qu’en plus de la beauté ou du charme du bébé, rentrait comme élément d’appréciation l’originalité de la pose. Le journal a reçu 3231 photographies de bambins dont certaines ont été refusées car elles ne respectaient pas toutes les règles ou que la qualité de certaines photogravures ne permettait pas la reproduction.

Si les concours sont présents dans presque chaque numéro de Fémina, il n’en reste pas moins que celui-ci implique une diffusion de la vie privée de la femme pourtant appelée à faire preuve de pudeur partout ailleurs (gage de distinction).

Alors pourquoi exposer de façon aussi large le visage de son enfant ? André Gunthert parle d’un «statut identitaire particulier du bébé». En effet, le bébé tel quel n’a pas encore de reconnaissance sociale, il n’est connu que de sa famille. Ces images sont légendées du prénom, du nom ainsi que de l’âge de l’enfant. Elles représentent une fierté pour la femme, d’une part de pouvoir montrer sa réussite familiale, mais aussi et c’est encore rare à cette époque, de pouvoir exposer publiquement ses talents de photographe et d’être reconnue pour ces deux choses.

Le magazine Fémina est important pour le développement de la femme dans sa vie privée mais aussi pour sa reconnaissance dans son travail. Nombreux sont les reportages sur les nourricières, sur les femmes artistes, les femmes couturières… Et ces concours sont l’occasion de mettre en avant ces femmes qui lisent assidûment les chroniques mondaines et de les mettre à leur tour sur le devant de la scène, elles sont nommées à la fin de l’article du concours.

Mais ce qui frappe, ce n’est pas tant l’engouement pour ce genre de photographies d’enfants mais l’importance que l’on accorde tant aux bébés qu’aux animaux domestiques.

Fémina, n°16, 15 septembre 1901.
Fémina, n°16, 15 septembre 1901.

«dans les yeux de la bête on voit comme un reflet des yeux de l’enfant» conclut Paul Mégnin, dans cette chronique « La page des enfants ». L’auteur établit un rapport entre l’enfant et la bête, mettant sur un pied d’égalité les deux entités. Les photos qui accompagnent l’article présentent des enfants accompagnés de leur animal de compagnie que ce soit un âne ou un lévrier. Les photos ne sont pas légendées d’un nom de photographe ce qui nous laisse penser qu’elles sont issues d’albums de famille. L’animal de compagnie a, comme le bébé, une reconnaissance exclusivement familiale (il n’est nommé que dans la sphère privée) et sa légitimité dans cette page est due à son propriétaire qui n’est autre que l’enfant dans cet article. Mais, les animaux, de par leur anonymat et de leur existence dans la sphère sociale par le biais d’un signifié tout comme “bébé” selon la définition saussurienne, sont donc des entités pour qui on ne peut avoir de réel jugement critique uniquement par le biais de la photographie mais qui sont des sujets de fierté et de sociabilité pour les parents ou propriétaires par l’effet médiatique de la diffusion de la photographie.


3 réflexions au sujet de « La photographie d’enfant dans les magazines féminins du début du XX° siècle. »

  1. Merci Alexie pour tes conseils!
    En effet, le vocabulaire employé tend très nettement à toucher la sensibilité de la lectrice en témoigne un reportage titré « Une visite à la pouponnière », dans un numéro de Fémina de 1901, qui commence par cette phrase « Quel joli nom et comme, seul, il suffirait à émouvoir les coeurs féminins depuis les plus jeunes jusqu’aux plus blasés sur les misères humaines ».

  2. petit ps : peut-être devrais-tu préférer l’usage du terme « les femmes » à « la femme », terme toujours très controversé lorsqu’on travaille sur le genre 😉

  3. Bonjour Céline, merci pour ce plongeon dans la photo de bébé du début du siècle !
    Je me demande si le point commun entre bébé et animaux n’est pas le côté « mignon ». Culturellement bébés et animaux – encore plus si ce sont des bébés animaux!- sont des « choses mignonnes » qui doivent toucher notre sensibilité…et il me semble, surtout celles de femmes, considérées comme ayant une sensibilité supérieure et spécifique à leur sexe. La rédaction de Femina choisit des sujets qui touchent la « féminité » de ses lectrices. Aujourd’hui, dans les pages des magazines, notamment de Marie-Claire, plus de petits animaux, plus vraiment de bébés, mais des reportages sur les enfants pauvres des pays défavorisés. Rien de mignon dans ces images mais toujours un même mécanisme, celui de parler à la sensibilité des femmes.
    (Et pt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *