Le masque et l’écran

Dès le mois de Janvier 1923, le magazine bi-mensuel spécialisé dans le cinéma, Cinéa, publie une annonce pour un concours de photogénie.

Cinéa, 1 janvier 1923
Cinéa, 1 janvier 1923
Cinéa, 1 janvier 1923
Cinéa, 1 janvier 1923

« Toute personne des deux sexes pourra concourir, à la seule condition de souscrire à un abonnement de trois mois à Cinéa, si elle ne l’a déjà fait. Chaque concurrent devra envoyer une ou plusieurs photographies à Cinéa accompagnées de son nom, son adresse, et du bulletin d’abonnement ci-inclus dans le journal, s’il n’est pas abonné. Ces photographies, après avoir été triées par notre direction artistique, seront publiées par Cinéa, et mises en concours dans le public. Les vingt-cinq premiers concurrents primés seront appelés à participer à l’interprétation du premier film de « Cinéa ». »

Cinéa, 1923
Cinéa, 1923
Cinéa, 1923
Cinéa, 1923

L’espoir de devenir célèbre pour le lecteur, passe par l’espoir de la fidélisation pour le magazine. Ce format du concours rend le public actif vis-à-vis de sa lecture et du rapport qu’il entretient avec son magazine mais aussi, le concours nous permet de voir de quelle manière le lecteur se fabrique une image de lui-même qu’il veut donner à voir aux autres lecteurs.  Ici, c’est intéressant, le magazine ne donne aucune indication quant à la manière de se représenter sur la ou les photos envoyées. Il n’est pas non plus demandé d’avoir une quelconque expérience de théâtre ou de cinéma, seule prime ici la photogénie.

Dans Cinéa, si les images des acteurs apparaissent très diverses dans leur format, il y a néanmoins des photographies pleine page ou double page d’acteurs en buste et dont le magazine vante la beauté: « Cinéa vous offre le moyen gratuit de décorer les murs de votre pièce intime avec de beaux portraits d’artistes! ». Le magazine enjoint son lecteur à s’approprier ces images pour que les personnes publiques s’insèrent dans l’espace privé de la pièce intime. Et c’est de ces images que découle l’agencement visuel des photos envoyées par les lecteurs et choisies par la rédaction pour être publiées. Tous sont représentés en buste et de 3/4, certains osant même un semblant de nudité.

Le lecteur souhaite donc inscrire son image dans une tradition de représentation bien connue pour les célébrité qu’est le buste.  En effet, c’est sous cette forme que les personnages célèbres sont avant tout représentés, il y a une inscription dans la tradition des hommes illustres allant des bustes romains ou aux bustes peints dans les galeries des grands hommes mais aussi des bustes fait à partir des masques mortuaires qui figent le personnage illustre dans le temps. Cette tradition accompagnée du 3/4 revêt un caractère significatif et bien plus lorsqu’il émane du simple lecteur qui cherche à faire ressortir sa photogénie:

« La pose de 3/4, plus fréquente, suggère la tyrannie d’un idéal: le regard se perd noblement dans l’avenir, il n’affronte pas, il domine et ensemence un ailleurs pudiquement indéfini. Presque tous les 3/4 sont ascensionnels, le visage est levé vers une lumière surnaturelle qui l’aspire, l’élève dans les régions d’une haute humanité, le candidat atteint l’Olympe des sentiments élevés, où toute contradiction politique est résolue« .1

Même si la publication de photos uniquement en buste dénote du choix de la rédaction, les lecteurs ont choisi d’envoyer parmi les autres une photo dans ce format.  Les lecteurs ont choisi de se montrer de cette manière au public qui va être amené à voter pour les gagnants.

« A la fin juin, nous insérerons un bulletin de vote que nos lecteurs nous retourneront en indiquant leurs concurrents favoris. Ceux qui auront le plus de voix seront convoqués d’office. »

Ciné-mondial, 1941
Ciné-mondial, 1941
Ciné-mondial, 1941
Ciné-mondial, 1941

Alors que l’acteur est celui qui est actif devant la caméra, il y a dans ce concours une négation du corps, seul le visage compte pour devenir un acteur. Un autre concours publié dans Ciné-mondial en 1941, propose cette fois-ci non pas de devenir un acteur mais une « star ». Les photos des lecteurs envoyées ne sont pas publiées en revanche, la page de présentation du concours est intéressante. L’illustration de présentation montre une photo d’un couple dont le visage est un rond blanc grimé d’un masque noir. S’il n’y a là encore aucune condition physique pour concourir, la présentation par une « image de film » selon la légende de la photo, inscrit le corps dans un rapport idéal de représentation. Et la présence d’un masque est intéressante; en 1965 dans le film de René Allio, La vieille dame indigne, une séance se tient pour regarder la télévision en groupe, un des personnages dit préférer le théâtre et ses masques tandis qu’un autre lui rétorque que les masques ont été remplacés par l’écran. On est toujours dans cette idée que finalement, le visage n’est pas le même derrière l’écran, qu’il se modifie et qu’il est modifié par la caméra et on revient à la définition même de photogénie: « ce qui produit au cinéma ou en photographie un effet supérieur au naturel ».  Le candidat à « l’escalier des étoiles » ou à la meilleure photogénie préfère donc se présenter comme un personnage inactif ou comme une statue mortuaire car l’écran sera seul juge de la photogénie et que le candidat se verra fabriquer un visage par la réalisateur.

  1. Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957 []

2 réflexions au sujet de « Le masque et l’écran »

  1. Bonjour, dans le cas de Cinea, je me demande si le masque ce n’est pas celui des photographes portraitistes de l’époque. Je suppose que la plupart des candidats se sont rendus chez un professionnel dans l’espoir d’avoir des images à la mesure de leurs espoirs. Leurs portraits seraient alors conformes aux canons des professionnels de l’époque.
    Gros investissement ce concours, pas nécessairement différent de celui qui est consenti aujourd’hui par les apprentis manequins qui paient pour la réalisation d’un book.
    Vous savez ce qu’il est advenu de ce film qui devait être réalisé avec les lecteurs les plus photogéniques?

    1. @Thierry: En effet, les photos sont réalisées par des professionnels mais du coup c’est intéressant de voir que les candidats ne cherchent pas à se démarquer par une photographie originale mais bien de rentrer dans un format traditionnel du portrait alors même que dans le magazine, certains reportages montrent les célébrités dans des situations du quotidien, loin du portrait de studio. En revanche, je ne peux pas vous en dire plus sur le film, je suis en train de regarder ce qui a pu advenir de ce film dans les publications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *